Nouveautés

Maison&Objet 2018

2018-01-29

MO_9
MO_8

 

La collection Cinna 2018 a été conçue avec un objectif bien précis, celui de corréler la qualité conceptuelle à la qualité manufacturière, inscrivant définitivement la marque dans le haut de gamme, justifiant plus que jamais le logo « Made in Briord » et la baseline « le Beau aura toujours raison » co-signant ainsi notre campagne de communication 2018 (Jésus & Gabriel).

MO_1
MO_2
MO_3
MO_4

Sofas, chaises

En matière d’assises ou de sofas, saluons l’arrivée du studio LucidiPevere avec le modèle Paipaï, un produit original, confortable et donc sans équivalent, qui un an après confirme la rigueur créative du modèle outdoor Backpack. Rien n’est laissé au hasard, ce qui explique un an de mise au point au bureau d’études et les investissements nécessaires. Il rejoindra avec quasi certitude les best-sellers de la marque.

Marie-Christine Dorner, avec le modèle L’imprévu, signe une « petite merveille conceptuelle » à savoir trois fonctions avec un sofa « 3 en 1 » : un sofa méridienne élégant avec une savante alchimie de courbes et lignes droites qui, avec deux sofas, permet de composer soit un véritable lit avec ressorts ensachés de 160 x 200 cm soit un « corner group » peu encombrant et très harmonieux grâce à la possibilité d’être recouvert par 4 textiles différents. On retrouve avec cette « énergie créatrice les racines » et l’esprit Cinna.

Parallèlement, elle réalise avec le département meuble une belle prouesse technique avec la table Alléluia faite de deux plateaux en verre miroir à couches, assemblés par des séparations miroir ; le résultat est étonnant mais fonctionnel.

Didier Gomez propose à partir des structures du modèle Exclusif un canapé classique de haute facture, Estienne, conçu pour recevoir les plus beaux cuirs (Kyoto pleine fleur, Nubu pleine fleur) et les plus belles étoffes (velours en baby alpaca, velours de coton Harald de chez Kvadrat, ainsi que la nouvelle collection textile).

Eléonore Nalet confirme avec Serpentine, un fauteuil et un canapé outdoor avec une structure tout en aluminium entrelacée par des boudins textiles créant ainsi charme et confort.

Peter Maly, après la chaise Bendchair, signe la version bridge aussi esthétique que confortable.

Meubles, meublants

Éric Jourdan, avec Postmoderne, crée toute une collection de meubles de haute gamme en noyer, très dessinée, avec des racines et des références issues de l’architecture et de ses carnets de notes. Les proportions et les courbes font appel à une mise en œuvre sophistiquée avec des assemblages savants et inédits. Le tout est épuré, intemporel. Du vrai Jourdan fait pour durer plus que la mode.

Présenter deux programmes de meubles haut de gamme la même année est assurément une prouesse technique.

Le programme Canaletto de Mauro Lipparini, avec des formes pures, des lignes claires et puissantes mêlant les couleurs et les textures, arrive à développer une émotion qui s’appuie sur des proportions parfaites, tout en respectant les principales fonctions. Prenons l’exemple des portes laquées architecturées par une poignée verticale en noyer massif sur toute la hauteur de la porte ou la subtilité des éclairages indirects dans les meubles bibliothèques. Tout cela fait penser à un vrai travail d’ébénisterie qui vient compléter les proportions et la rigueur des matériaux. Savoir que ce programme a été conçu pour s’enrichir d’une année sur l’autre, ce qui vient renforcer notre optimisme.

La nouvelle table Allungami de Fattorini Rizzini & Partners, table à allonges qui passe de 150 à 225 cm avec une allonge intégrée, très épurée et très stable, et avec une version encore plus longue de 200 cm qui ouverte avec deux allonges intégrées passe à 300 cm. 5 finitions de plateau : chêne teinté noir ou naturel, Fénix noir ou gris clair et noyer naturel ou sombre.

Luminaires, tapis & accessoires

Sans être exhaustifs, citons Arla de Diana Müller, prix du public du 10ème Concours Cinna remporté avec un paravent mobile, bien dessiné, comprenant une assise, Anne, lampe à poser d’Éric Jourdan, très graphique et par là-même très identifiable, Joa Light, lampadaire de Joran Briand avec un abat-jour en textile assez avant-gardiste, Càliz lampe à poser toute en verre de Stephan Veit, l’abat-jour intégré devenant miroir une fois éteinte. Les vases Cells de Vincent Tordjman avec un profil savant en faïence. N’oublions pas les magnifiques tapis Rue d’hauteville de Marie-Christine Dorner fabriqués par Kinnasand et ceux de Joran Briand, Écume, exposé aux Arts Décos et réalisables en plusieurs coloris sur demande.

 

 

MO_5
MO_6
MO_7